• café_resultat

Café

ENJEUX

coffeecoffeecoffee

ENVIRONNEMENTAUX

À l'origine, le café se cultivait en Afrique sous couvert forestier, sous l'ombre des arbres, refuges pour une faune diversifiée. Dans les années 1970, un mouvement de modernisation agro-industrielle, la "révolution verte", a transformé une grande partie des plantations traditionnelles de café d'ombre en monocultures de café de plein soleil. Les conséquences écologiques ont été importantes: déforestation et dégradation des forêts, perte de biodiversité, érosion massive des sols, pollution des sols et de l'eau due à l'utilisation d'intrants chimiques et de pesticides. 

Des plantations de café sous couvert forestier inadéquat ou insuffisant sont plus exposées aux phénomènes climatiques: fortes pluies, vents, sécheresses, érosion,...

La déforestation, combinée aux changements climatiques, menace les ressources naturelles et la production de café, très demandeuse en eau. Dans bien des cas, les bassins autour des sources d'eau ont été déboisés, afin d'y cultiver au plus près du café et d'autres cultures. Cela affecte le niveau d'humidité et la capacité de rétention d'eau, indispensables pour garantir sa disponibilité. 

De nombreuses plantations sont situées en montagne, sur des pentes très abruptes. Les sols sont par conséquent très touchés par l'érosion, due aux fortes précipitations et aux ruissellements. En résulte une perte importante de la couche supérieure du sol, riche en matière organique et en éléments nutritifs.

 

 

SOCIAux et économiqueS

Le café est la boisson la plus prisée après l'eau, et le produit le plus commercialisé après l'huile.

La filière du café est très complexe, elle implique commerçants, transformateurs, exportateurs, torréfacteurs et distributeurs; seule une petite partie du prix final revient au pays producteur.

80% de la production mondiale de café provient de plantations de moins de 10 hectares, dispersées dans 80 pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique Latine. Près de 25 millions de personnes vivent de la production et de la vente de café, leurs ressources financières ainsi que leurs possibilités de diversification sont limitées. La plupart des agriculteurs sont dépendants à 100% de la vente de café, et donc du prix du marché. Leur subsistance est donc directement liée à sa volatilité.

Actuellement, le prix du café est faible et volatile et les ventes ne couvrent pas tous les coûts, la production n'est pas ou très peu rentable pour les producteurs. La moindre fluctuation des prix du café ou des volumes de production (épidémies, parasites, rouille) affectent immédiatement leur niveau de vie. 

De plus, les agriculteurs ayant converti la quasi-totalité de leurs terres en plantations de café n'ont plus de place pour d'autres cultures vivrières, et doivent acheter leur nourriture sur le marché à des prix plus élevés.

PROJETS D'INSETTING DES FILIÈRES CAFÉ